Orthosonie II

Géométrie sacrée du corps humain et le Principe Anthropique

Géométrie sacrée

Premières planches

« Selon la théorie de Rabbi Isaac Louria concernant le Tsimtsoum ou « retrait », le premier acte du Créateur ne fut pas de se révéler lui-même à quelque chose d’extérieur. Loin d’être un mouvement sur le dehors ou une sortie de son identité cachée, la première étape fut un repli, un retrait ; Dieu se retira « de lui-même en lui-même » et par cet acte, abandonna au vide une place en son sein, créa un espace pour le monde à venir.

En un certain point au sein de la lumière de l’In-fini (En-sof), l’essence divine ou la « lumière » s’éclipsa ; un espace était laissé vide au milieu. Par rapport à l’Infini, cet espace n’était pas plus qu’un point infinitésimal, mais par rapport à la Création, c’était tout l’espace cosmique. Dieu ne put se manifester que parce qu’au préalable il se retira. Dans les écrits lourianiques, l’« espace –vide » est dénommé par le terme Tehirou .Selon Louria, il est resté dans ce vide primordial, un faible résidu, une trace de la plénitude et de la lumière divine, appelée Rechimou.

 

… Après le Tsimtsoum, la lumière divine jaillit dans l’espace vide sous forme d’un rayon en ligne droite. Cette lumière se nomme Adam Qadmon, c’est à dire l’homme primordial… »

Marc Alain Ouaknin

Tsimtsoum (extraits)

Le principe anthropique

« La cosmologie moderne a redécouvert l’antique alliance de l’homme et de l’univers. Elle a démontré que le visage de l’Univers et notre existence sont inextricablement liés.

L’Univers a été réglé de façon extrêmement précise pour que l’homme y fasse son apparition ». Cet énoncé constitue la version dite « forte » du principe anthropique, du grec « anthropos » qui veut dire homme, développé en 1974 par l’astronome britannique Brandon Carter, de l’observatoire de Paris Meudon.

En fait l’Univers est réglé pour l’émergence de n’importe quelles vies et consciences, qu’elles soient terrestres ou extras terrestres. »

(D’où la proposition d’Hubert Reeves de principe de complexité).

L’existence du vivant est inscrite dans les propriétés de chaque atome, étoile ou galaxie de l’univers et de chacune des lois physiques qui régisse le cosmos…

L’univers contient en germe dès les premières fractions de seconde du big bang les conditions requises pour l’émergence d’un être vivant et conscient.

Trinh Xuan Thuan

Extrait du dictionnaire amoureux du Ciel et des Etoiles

Les mots de la Bible : “En Lui nous vivons, nous nous mouvons et avons notre être” énoncent une loi fondamentale de la nature, et aussi le fait désigné par le mot plutôt insignifiant de : Omniprésence. L’omniprésence a son fondement dans la substance de l’univers, et dans ce que les hommes de science dénomment “éther” ; ce mot est un terme générique qui couvre l’océan d’énergies inter reliées constituant le corps d’énergie synthétique de notre planète…

Le corps éthérique de chaque forme dans la nature fait partie intégrante de la forme substantielle de Dieu Lui-même – non la forme physique dense, mais ce que les ésotéristes considèrent comme la substance édificatrice de la forme. Nous utilisons le terme Dieu pour désigner l’expression de la Vie-Une qui anime chaque forme sur le plan objectif extérieur. Le corps éthérique, ou corps d’énergie de chaque être humain, fait donc partie intégrante du corps éthérique de la Planète elle-même, et par conséquent du système solaire. Par cet intermédiaire, chaque être humain est basiquement relié à chaque autre expression de la vie divine, petite ou grande. La fonction du corps éthérique est de recevoir des impulsions d’énergie, et d’être mis en activité par ces impulsions ou courants de forces émanant de l’une ou l’autre source primaire. Le corps éthérique n’est en réalité rien d’autre que de l’énergie. Il est composé de myriades de fils de force ou minces courants d’énergie, maintenus en relation avec les corps affectif et mental et avec l’âme par leur effet de coordination. Les courants d’énergie, à leur tour, ont un effet sur le corps physique et le mettent en activité d’une façon ou de l’autre, selon la nature et le pouvoir du type d’énergie qui domine le corps éthérique à tel moment particulier. ….

Les penseurs reconnaissent aujourd’hui que l’énergie est un fait, l’énergie est maintenant considérée comme tout ce qui EST ; la manifestation est celle d’une mer d’énergies ; certaines énergies sont édifiées en formes, d’autres constituent les milieux dans lesquels ces formes vivent, se meuvent et ont leur être, et d’autres encore sont destinées à animer à la fois les formes et leur milieu substantiel environnant. Il doit aussi être rappelé que les formes existent à l’intérieur d’autres formes …

La nature de l’univers entier est éthérique et vitale, et d’une étendue qui dépasse la compréhension du plus grand esprit de notre époque car elle s’élève à des dimensions plus qu’astronomiques – si même cette indication a un sens pour votre mental. Cette étendue ne peut être évaluée, même en termes d’années-lumière ; cet espace éthérique cosmique est le champ d’immenses énergies et de toutes les estimations astrologiques ; c’est le terrain d’action de tous les cycles historiques : cosmique, systémique et planétaire ; il est en rapport avec les constellations, les mondes solaires, les étoiles les plus distantes, les nombreux univers reconnus aussi bien qu’avec notre propre système solaire, les multiples planètes et celle sur laquelle et en laquelle nous nous mouvons, vivons et avons notre être, aussi bien qu’à la plus petite forme de vie connue de la science, revêtue de ce terme qui n’a pas de sens : un atome. L’existence de tous se trouve dans l’espace ; la nature de l’Espace est éthérique et – ainsi que nous l’enseigne la science occulte – l’Espace est une Entité. La gloire de l’homme est de se rendre compte de l’espace et de pouvoir l’imaginer comme le champ de l’activité vivante divine, rempli de formes intelligentes actives placées chacune dans le corps éthérique de cette Entité inconnue, chacune reliée aux autres par la puissance qui non seulement les tient en vie, mais garde aussi leur position par rapport avec les autres ; et cependant chacune de ces formes différenciées possède sa propre vie différenciée, sa propre et unique qualité ou couleur intégrale, et sa propre forme de conscience, spécifique et particulière.

AA. Bailley

Le corps éthérique

Géométrie du corps humain

Explications

Géométrie sacrée du corps humain

Planche complète de géométrie sacrée du corps humain